dimanche 7 octobre 2012

Mise à jour : les langues comme destins

.
Cf. Les langues comme destins
.

1 commentaire:

sara lahoucine a dit…

Comme le cas de la majorité des écrivains cités dans l’article, l’émigration implique l’adaptation au contexte socio-culturel du pays hôte. Et l’un des principaux changements est l’appropriation de la langue du pays d’accueil. Un changement qui suppose plusieurs difficultés.
La langue est liée à une culture, une histoire et un patrimoine. Maîtriser les outils linguistiques ne suffit pas pour parler une langue étrangère. La seconde langue demeure étrangère tant qu’on réfléchit selon notre culture originale et qu’on parle la langue du pays d’hôte. Il s’agit donc de faire preuve d’ouverture d’esprit en s’intéressant à la culture du pays pour bien parler une langue étrangère et se faire comprendre par nos récepteurs.
Cependant, il peut y avoir une certaine originalité en ayant un style, des expressions et des idées non courantes qui attirent l’attention des natifs. Donc il ne s’agit pas non plus de dénigrer sa culture originale !

Mais est-il toujours raisonnable de délaisser sa langue mère dans les écrits ? En quelle langue doit-on écrire dans une ère numérique où le monde peut être comparé à une tribu ?
Les médias mobilisent plusieurs langues avec une légère préférence pour l’anglais. Mais est-ce un choix pertinent pour optimiser la transmission du message à la cible ?

Faire des publicités uniquement en anglais n’est pas la solution pertinente dans un contexte de globalisation de la communication. En témoigne la distribution des anglophones, francophones, germanophones et arabophones dans le monde. Une solution pourrait être de garder le même concept d’évocation de la campagne publicitaire et de l’adapter à la culture et la langue de chaque région. Une erreur à éviter est la traduction mot à mot, qui peut donner des résultats totalement différents et désastreux.
Au lieu de standardiser la langue en se contentant d’écrire en anglais, les publicitaires et responsables médias doivent devenir polyglottes optimiser la transmission et la compréhension des messages par leurs cibles.