jeudi 10 novembre 2016

A new President. What to expect for the media?


A new President, a new Congress. All Republican. What's in it for the media?

A new FCC? The new President will appoint new commissioners at the Federal Communications Commission (FCC), and, first of all, a new Chairman for the Commission (Tom Wheeler will probably exit the chair January 20, 2017). Will he choose a commissioner already in place or nominate a new one?
"Only three commissioners may be members of the same political party"; their term lasts 5 years.
FCC commissioners, November 2016

Which regulations could be changed by the new Commission? Which decisions could be made? Speculations go on, perhaps simply hot air. But Congress requests that the FCC refrain from “controversial” moves before Trump takes office and a new Congress meets.
First, the recent net neutrality rules (adopted in February 2015, in effect since June 2015). The rules were set "to keep the Internet fast, fair, and open. "Blocking, throttling, pay-for-priority fast lanes and other efforts to come between consumers and the Internet are now things of the past." said FCC chairman Tom Wheeler (June 2015). Could these rules be rolled back or weakened?

Then, the Time Warner and AT&T merger might be challenged. Will the FCC review the deal? During the campaign, Donald Trump said he would block the deal. The FCC would have to discuss this from a competition point of view : is the merger (vertical concentration) in the public interest?

What about the antiquated cross-ownership rules (1975)? These rules continue to prohibit media companies from owning newspapers and TV or radio stations within the same DMA. The FCC has reviewed these rules and upheld them. Will the new FCC abolish them?

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Avant son élection, Donald Trump a en effet publiquement fait savoir qu'il ferait tout pour éviter la fusion entre AT&T et Time Warner, en donnant pour justification "que cela serait trop de pouvoir concentré entre les mains d'une seule entreprise". Maintenant qu'il a été élu, restera-t-il sur ses position, ou changera-t-il d'avis ?

John Stephens, CFO de AT&T, se disait optismiste il y a quelques jours, étant confiant sur l'approbation des régulateurs pour ce deal, et ajoutant que les propos du nouveau président en termes d'investissement et de développement économique étaient en accord avec les objectifs d'AT&T via ce rachat.

Pendant ce temps à Wall Street, les actions de Time Warner ont baissé de 1,32% à la suite des élections, quand celles de AT&T ont augmenté de 0,74%...

Qu'en sera-t-il finalement de cette fusion historique ? L'avenir (et surtout Trump) nous le dira...

mariebussy226

Alix de Goldschmidt a dit…


Lors du EDay s'étant déroulé à l’Université Paris Dauphine, des acteurs majeurs du secteur des médias et des télécoms se sont exprimés sur la victoire de Donald Trump.

Pour retrouver l'intégralité des réactions à ce sujet, voici le lien traitant de ce sujet sur le site du blog 226 : http://www.blog226.com/telecoms/americains-se-trumpes

Michel Combes, PDG de SFR, explique que cette élection arrange en fait les affaires d’Altice aux États-Unis : « L’administration va être business friendly et accélérer la convergance ».

Selon certains acteurs, même si D. Trump s'est exprimé en défaveur de cette convergence, rien ne nous dit qu'il la bloquera. Pour Michel Combes, la fusion de AT&T et Warner aura sûrement bien lieu. D'ailleurs, toujours selon lui, le monde s'engage dans un grand mouvement de convergence contenant/contenu, tuyaux et production avec des régies de plus en plus expertes et complètes.

Emmanuel Forest, de Bouygues Télécom, prend lui le virage télécoms en engageant le débat sur la « fracture sociale » -ce sur quoi il n’a pas tort. Les protestataires du système politique classique, sont ceux n’ayant pas accès à une infrastructure de réseau satisfaisante ou à une 3G de piètre qualité. Ce sont les campagnes mal reliées qui ont voté Trump. Il revient sur l’Europe en maintenant qu’il est essentiel de créer un cadre pour investir dans les réseaux. La « gigabit society » c’est très bien, mais le haut débit et la fibre optique doivent arriver à un niveau optimal. Le directeur adjoint de chez Bouygues Télécom, parle de ce sujet comme d’un moment majeur pour que les administrateurs montrent à leurs administrés qu’ils ne les oublient pas.

L'élection de Trump pose beaucoup de questions en terme de liberté de la presse et des médias. Mais pour le moment, les acteurs européens de ce secteur considèrent que Trump placera le business avant toute chose.

Alix de Goldschmidt 226

Anonyme a dit…

Donald Trump s’en est souvent pris aux médias pendant sa campagne électorale, va-t-il en faire de même pendant son mandat à propos de la fusion AT&T - Warner ?

AT&T se dit optimiste quant à cette fusion à 85 milliards de $, et ne croit fondamentalement aux propos du nouveau président qui pense que cette fusion serait « une trop grande concentration de pouvoir dans trop peu de mains »

Avec cette OPA, AT&T numéro deux de la téléphonie mobile aux Etats-Unis, compte mettre la main sur les contenus d'information et de divertissement destinés à attirer les abonnés sur son réseau. En effet Time Warner possède notamment la chaîne d'information en continu CNN, régulièrement accusée de partialité par Trump durant sa campagne, et les studios Warner Bros.

On peut pourtant observer aujourd’hui que ce procédé d’acquisition entre grands médias et acteurs des télécoms se répand de plus en plus, en France on peut évidemment penser au groupe Altice de P.Drahi, ou encore le groupe de Martin Bouygues.

Cependant cette acquisition relève toujours des mêmes problèmes : conflits d’intérêts, monopole, concentration des médias, neutralité du Net autant de sujets sur lesquels devront se pencher les autorités de régulations avant de valider ce rachat historique.

Affaire à suivre..

Laetitia Rey.