jeudi 1 mars 2012

Actualités : l'actu, c'est Facebook

.
Une étude réalisée par AT Internet évalue la part du trafic des sites média dits d'actualité provenant des réseaux sociaux. Le travail d'analyse, effectué pour 12 sites d'actualité, étudie les sites affluents, ceux qui alimentent les sites en audience (referrer, URL du lien suivi pour aboutir au site). Le comptage inclut les liens publicitaires et les affiliations mais exclut les autres sources de trafic : moteurs de recherche, courrier, flux RSS, accès directs. Les 12 sites étudiés sont audités par AT Internet.

En janvier 2012, selon cette étude, Facebook fournissait 28% des visites aux sites d'actualité français, Twitter, 5%. Ensemble, le tiers. Et cette proportion est croissante. Google+ n'est pas visible (pas encore ?) et Pinterest n'est pas évoqué.
Cette statistique constitue un signal, encore faible (3 à 4% du trafic total), mais significatif et qui mérite d'être suivi.

Les réseaux sociaux sont-ils en train de prendre le contrôle du Web d'information grand public ?

11 commentaires:

monicaprovenza fribourg a dit…

les réseaux sociaux, en particulier faceebook, sont des lieux virtuels où des millions de personnes se rencontrent et sont libres de faire une présentation d'eux-mêmes, créer une image. Le fait est que l'information n'est plus gérée par une élite, mais plutôt par nous Tous.
Chaque lien partagé, chaque photo téléchargée sur le Web nous fait de nous des journalistes, des critiques d'art,des amateurs de musique qui peuvent s'exprimer sans censure et chaque fois qu'ils sont envie.
En conclusion, il est le désir de faire partie de l'information,d'etre l'information elle-même qui augmente l'importance des réseaux sociaux

Bird_face a dit…

Je ne suis pas sûre que les médias sociaux redonnent vraiment la parole à chacun d'entre nous. En effet, sur le web 2.0 se sont reconstitués des élites digitales. Seules les personnes avec de nombreux followers sur twitter, de nombreux amis sur Facebook ect peuvent influencer et lancer un trend dans l'agora 2.0. Les élites ont changé, et encore il se peut que ce soit toujours les mêmes personnes mais sous une autre forme.

Loic Reffet Fribourg a dit…

Pour l'instant les journaux n'inondent pas nos murs Facebook européens. Bien que le phénomène soit déjà plus répandus aux USA cette tendance ne s'affiche pas encore sur le vieux continent.

Pour m'intéresser un peu de plus près, je me suis inscris à l'abonnement du journal "Le Point" sur notre plateforme Zuckerbergienne.

Je dois avouer que quelques dépêches portées sur l'actualité mondiale provoquent en moi un intérêt notoire tandis que certains posts ou commentaires mériteraient de n'être jamais publiés.

Facebook, plateforme sociale, nous le savions déjà. Peut-être pouvons l'imaginer plus intelligent, plus utile. Est-ce que nous pourrions atteindre la limite de ce besoin de nous répandre sur tout et n'importe quoi sur la toile ? J'aime évoquer l'idée de donner une tournure plus utile aux informations qui y circulent. Les réseaux sociaux ne prendront peut-être pas le contrôle du Web d'information car de toute manière, le consommateur est redirigé sur le site du Journal. Mais l'information en ligne est en pleine mutation, c'est un marché nouveau dont il est difficile de savoir la forme définitve qu'il prendra. Leur présence sur les réseaux sociaux est judicieuse et je la trouve bénéfique !

Bienvenue aux Journaux !

Mara.Fribourg a dit…

A mon avis les réseaux sociaux vont jamais prendre le contrôle du web d'information. C'est vrai que Facebook, Twitter etc. sont omniprésent, mais je vois clairement des limites.
Les réseaux sociaux vont sûrement se changer, s 'adapter et se modifier encore. La forme et l'utilisation finale ne sont pas encore définies.

Johanne Cantin Fribourg a dit…

Avoir l’impression de gérer l’information comme de vrais journalistes ou de vrais critiques suivis et lus par de nombreux internautes, voilà à quoi servent les réseaux sociaux. Si chaque utilisateur n’avait pas la certitude que son avis intéresse ses 250 amis Facebook, les réseaux sociaux n’auraient pas autant la cote. Mais comme le souligne Bird, il est bien clair qu’il est sûrement très utopique d’imaginer que nous influençons réellement le médias sociaux mais qu’à cela ne tienne ! Comment évolueront les réseaux sociaux sur le web ? Comme le disait Monique Larue : « Le temps des utopies ne dure jamais longtemps. »

Tania Cardoso unifr a dit…

Parler de « contrôle » du Web de l’information me semble précipité. Selon moi, les réseaux sociaux ont sans aucun doute un rôle dans la diffusion de l’information, rôle que je qualifierais de « relais d’information ». En effet, les tendances de partage sont omniprésentes sur le Web et principalement sur les réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter.

Si les internautes ne prétendent pas être journalistes, il semble néanmoins qu’ils se comportent comme de véritables « transmetteurs » d’information. Ces tendances de partage font que la lecture de l’information devient sociale, alors pourquoi s’en plaindre ?

Avec le Web 2.0, l’individu n’est-il pas acteur, coproducteur de l’information ? Si les internautes et les réseaux sociaux fournissent des visites aux sites d’actualités, parler de « participation » à l’accès à l’information me semble plus judicieux. Finalement, plus important qu’un possible contrôle du Web d’information par les réseaux sociaux, serait de se questionner sur la capacité de ceux-ci à élever le niveau de connaissance générale des internautes.

Tania Cardoso unifr a dit…

Voici un article intéressant à aller regarder : « Comment les réseaux sociaux remplacent le journalisme traditionnel comme source d’information ».

Cet article propose une infographie faisant le point sur la situation aux US et montre que la tendance de l’accès aux informations au travers des réseaux sociaux (notamment Facebook et Twitter) se généralise et continue de croître.

http://remibrossard.wordpress.com/2012/04/19/comment-les-reseaux-sociaux-remplacent-le-journalisme-traditionnel-comme-source-dinformation/

Khodor Camille a dit…

Une autre tendance de la recherche et de la diffusion d'information via les réseaux sociaux est le phénomène Quora. Bien sur il y a information et information et je me demande si Quora (via son système de vote pour les meilleures réponses) va parvenir à modérer les interventions inintéressantes et rester un réseau social de qualité.

Anonyme a dit…

Récemment Facebook a changé la manière dont sont classés les sujets postés par ses "amis". Sur la page d'accueil, ce n'est désormais plus la chronologie qui détermine la publication qui est en tête de liste, mais l'intérêt qu'il provoque(nombre de clics et de commentaires). Cela évite donc que les informations qui n'intéressent pas les gens élcipsent celles qui provoquent de l'intérêt. Toute la question est de savoir si l'information qui attire l'attention des gens est de l'information de qualité et si elle mérite d'être partagée.

Grégoire (Université de Fribourg)

Carmela UniFr a dit…

A mon avis, les réseaux sociaux sont exactement ça. Une manière de communiquer et partager avec nos amis et collègues mais pas forcément où j'irais pour trouver les actualités. Sur ces réseaux, on voit ce que nos pairs font, pensent, écoutent, regardent etc donc c'est inévitable qu'on va voir des articles et actualités qui les intéressent et peut-être vont nous intéresser aussi. Par contre, à ce moment, les réseaux sociaux sont plutôt une source additionelle pour trouver des actualités et non une source qui remplace les vrais sites et journaux.

Laura Graafen a dit…

Je ne pense pas que les réseaux sociaux sont en train de prendre le contrôle du Web d'information grand public.
Si je compare avec mon propre comportement je vois que j'utilise beaucoup facebook et twitter pour suivre des sujets sur lesquelles je vourdrais être informée (notamment aussi les nouvelles). Je trouve que cette facon de "suivre" l'actualité est très utile. Mais cela ne veut pas dire que je ne cherche pas aussi des informations ailleurs.