dimanche 6 mai 2012

Téléspectateur non connectable

.
Les acheteurs de téléviseurs connectés ne les connectent guère. D'ailleurs, le choix d'un téléviseur est déterminé par la taille de l'écran et par son prix plutôt que par ses prouesses technologiques. Les modalités d'emploi de la télévision, comme intérêt, restent confuses pour la plupart des acheteurs, et, d'après nos observations en magasin, souvent même aux vendeurs. Pour l'instant, cette télévision souffre de lenteur (buffering) et d'une ergonomie inadéquate (télécommande, interface, etc.). On est encore bien loin de ce dont rêvait Steve Jobs.
Les usages de la télévision connectée s'en tiennent principalement à YouTube et Skype. Comme prévu, et annoncé, YouTube est le premier "contenu" à bénéficier d'un téléviseur connecté.

C'est ce que nous retirerons de résultats de l'enquête futurePROOF de Kantar, réalisée par téléphone en Grande-Bretagne auprès de 2 052 personnes de 16 ans et plus, issus de la base d'enquêtés TGI. A cela s'ajoutent 6 interviews dits "ethnographiques" conduits dans des foyers connectés (février 2012).
  • Avec la télévision connectée, le problème, c'est la connexion. L'expérience télévisuelle, comme celle de tout média, n'a rien à voir avec la technologie. Pour le grand public, le téléviseur s'apparente davantage à la friteuse et au réfrigérateur qu'à l'ordinateur. Pour que l'expérience télévisuelle connectée réussisse, il faut que le téléspectateur puisse oublier la technologie. Ce que nous disons là était déjà vrai du magnétoscope, rarement programmé pour enregistré et utilisé surtout pour regarder des cassettes.
  • Le recours à des applis portées par d'autres écrans (multiscreentasking) est peut-être pour l'instant une meilleure solution d'interactivité, notamment parce qu'une grande partie des téléspectateurs est familiarisée avec le smartphone.
Que peut-on espérer des enquêtes sur un tel type de sujet ? Les déclarations recueillies par les enquêtes retrouvent fatalement des attentes technologiques que la question n'a pu éviter de suggérer ; en revanche, les pratiques observées ramènent aux usages. Pratiques et déclarations obéissent à des logiques séparées : les enquêtes doivent donc rééquilibrer leur méthodologie pour donner plus de place à l'observation. La futurologie implicite des enquêtes (future proof) sert souvent à inventer des arguments de vente ("It can boost sales arguments") et à célébrer l'avenir inévitable pour en accélérer la venue. Le marketing des médias, inséparable des supports technologiques, n'est-il pas souvent une déclaration d'amour de l'avenir technologique, une sorte d'amor fati.
.

8 commentaires:

Bérénice Frey a dit…

Il faut tout de même faire la distinction entre les différents types de téléviseurs connectés. Ainsi un téléviseur connecté "natif" sera plus simple à utiliser qu'une box, où le téléspectateur doit faire la démarche de se connecter.

De plus Google TV a connu un revers aux Etats-Unis suite aux différents bugs de sa version beta.

En revanche, selon une étude effectuée par KAE, 25% des consommateurs américains interrogés seraient prêts à acheter une Apple TV qui n'est pas encore sur le marché, mais dont la plateforme ItunesStore est déjà au point, par rapport à celle de Google.

Zagarella a dit…

je pense que le rêve de steve jobs au brève se réalisera, parce que le secteur de la télévision connexe est en expansion rapide, aussi parce que les consommateurs comprendront que tel service améliorera l'interactivité, et les consommateurs seront disposés aussi moins à souscrire des abonnements aux canaux voie cavo(più chers, et au contraire habitué de plus en plus à la consommation des programmes ailleurs web.

Patrick P. a dit…

Si l’on regarde les fonctionnalités actuelles offertes par la télévision connectée, je ne comprend pas vraiment l’intérêt de posséder un telle installation si l’on possède déjà un ordinateur avec une connexion internet et dont on a l’habitude de se servir. À mon sens cela reste aujourd’hui un « gadget », auquel il faudra apporter quelque chose de vraiment nouveau pour susciter l’intérêt…
L’enquête réalisée l’année dernière par CCMBenchmark group (en partenariat avec Dotscreen) montre bien ce que les téléspectateurs font avec leurs télévisions connectées et ce qu’ils attendent comme fonctionnalités. Cette étude souligne qu’il reste aussi à régler le problème de la télécommande, en développant « de nouveaux outils et accessoires pour naviguer » (différentes solutions possibles : souris, écran tactile,etc.). En conclusion : pour que la TV connectée suscite plus d’intérêt, il va falloir développer une vraie interactivité avec le téléspectateur, en améliorer l’ergonomie et l’interface et proposer un outil de navigation adapté.

L’étude
« TV connectée, le nouveau champ de bataille », article de Marketing Magazine N°155

Mara.Fr a dit…

Obwohl die Fernsehzuschauer teilweise Multitasking gewöhnt sind und sich dies möglicherweise auch für ihren Fernseher wünschen, bin ich skeptisch. Wozu sollte man eine Internetverbindung über seinen Fernseher haben?!
Meiner Meinung nach, geht die Tendenz eher weg vom Fernsehen zu online streaming oder surfen im Internet anstatt fernzusehen.

Fernsehen ist für mich ein uninteressantes Auslaufmodell

Jonas Wechsler (fribourg) a dit…

Je pense le probleme principale n'est pas que les clients ne veulent pas un télé connecté mais que en fait il n y a pas encore un produit qui peut "pave the way". Maintenant la situation me semble très similiaire à l'époque avant le ipod. Il y a differents standards, les mini-discs, quelque player mp3 très compliques etc. Si quelque arrive à produir un télé qui est 1) facile à utiliser, 2) offre un valeur élevé 3) introdution d'un standard, il vas êtrer un succès. Bien-sûr les trois points sont pas facile à atteindre.

Quentin de Laclos a dit…

Il est frappant de voir qu'en manière d'innovation dans les usages des nouvelles technologies, le frein n'est généralement pas technologique mais ergonomique.

On comprend mieux, dés lors, pourquoi l'essentiel de la valeur ne réside plus dans le matériel mais dans le software.

Yasmine a dit…

La faute vient également des FAI qui proposent des interfaces souvent peu intuitives. Il est en effet souvent beaucoup plus simple (et plus rapide) d'ouvrir simplement son ordinateur.

Parfois il est même paradoxalement plus rapide de regarder le programme télévisé sur une application iPhone ou sur internet que directement sur l'interface de la box !

Kad Ars a dit…

Aujourd'hui la question c'est "to be or not to be ... connected" ?
A partir du moment où l'on éprouve le besoin d'être connecté, il va de soi que la TV doit être connecté d'autant qu'il est bien souvent au cœur de la maison et par conséquent idéalement placé pour apporter/recevoir l’information.

On a besoin que la tv soit connectée pour pourvoir recevoir :
- Informations en ligne : météo, bourses, news, ..
- Réseau sociaux, forums
- Mail, Webcam
- VOD
- Streaming audio/vidéo

L'avenir appartient au "all in one connected"

Arslan Unifr