lundi 16 juillet 2012

Orthographe : de la dictée au moteur de recherche, du magazine au scrabble

.
Timbrés de l'orthographe, (sous-titre : A lire sans faute). Trimestriel, 100 pages, tiré à 25 000 exemplaires, 4,9 €

Les Editions de l'Opportun, éditrices de ce magazine, ont mis en place un concours national de dictée (25 000 participants déclarés, avec finale dans un amphi de la Sorbonne) ; le magazine en publie corrigés et palmarès. Institution, le concours est parrainé par La Poste, défenseur des lettres et du courrier, d'où le titre du magazine ; il a le soutien du ministère de l'éducation, du Figaro littéraire...
Les Editions de l'Opportun commercialisent une gamme de produits orthographiques dérivés (guides pratiques, jeux), dont le magazine fait la promotion. Aucune autre publicité n'y est présente.
Le contenu du magazine est en grande partie didactique : exercices à trous, dictées préparées avec les "difficultés expliquées", comme à l'école. Il s'agit d'entraîner des lecteurs aux compétitions d'orthographe. Le magazine s'intéresse aussi, de manière plus désintéressée, à la langue française et publie des rubriques sur le secret oublié des expressions, l'évolution des mots, les publications récentes sur le thème.

"Science des ânes" ? "Politesse de la langue" ? Maladie ? Car on a médicalisé la faute d'orthographe : disorthographie ! Tout Français a vécu une partie de son enfance ballotté entre 0 et 5 fautes d'orthographes. Ce souci de l'orthographe et de ses pièges le poursuit : toute sa vie, il / elle sera jugé(e) sur son orthographe (stigmate) ; tout au long de sa vie, il jugera ses collègues et ses petits chefs, ses correspondants sur l'orthographe. Orthographe dans les copies de concours et d'examens, dans les CV et dans les courriers, dans les lettres d'amour même. L'orthographe a encore cours sur le marché de l'emploi et sur le marché matrimonial (cf. la chanson de Serge Gainsbourg, "En relisant ta lettre"). L'indignation orthographique a de l'avenir : l'orthographe est un filon éditorial riche d'autant que le Web y ajoute les fautes de frappe (typos, indissociables des claviers et de leur ergonomie), les corrections intempestives des logiciels de correction orthographique / typographique et des moteurs de prédiction (T9), le mélange avec les langues proches, les abréviations qui se propagent au-delà des textos... Orthographe et scrabble aussi (cf. infra, le hors série de Timbrés de l'orthographe, décembre 2016). D'ailleurs l'orthographe est associé aux jeux (cf. Scrabble magazine).
Pourquoi l'orthographe est-elle si importante ? On peut y déceler des explications sociologiques et politiques mais aussi, avec le numérique, des raisons techniques, donc économiques.
  • Explications sociologiques et historiques
L'orthographe a une valeur symbolique, Victor Hugo n'identifie-t-il pas que le mal à une "Faute d'othographe de Dieu" (1859) ? Héritée du certificat d'études primaires (CEP, 1866-1989), la dictée a été, avec l'écriture, le premier critère de réussite pour l'éducation scolaire obligatoire. Au CEP, 5 fautes à la dictée était éliminatoire. L'orthographe était avec l'écriture (que l'on évaluait à l'occasion de la dictée) le pilier de la culture scolaire, la faible distinction de ceux qui n'ont pas fréquenté longtemps l'école. La dictée reste déterminante au Brevet des collèges (cf. La dictée.fr). Aussi, réformer l'orthographe risque de dévaluer le capital culturel de ceux qui n'ont pour tout bagage et toute fierté scolaires que de l'avoir apprise et ne l'avoir pas oubliée.
D'obsession, de crainte, l'orthographe est devenue un divertissement, la dictée un jeu, de celle plutôt mondaine de Mérimée à celle télévisée de Pivot. Timbrés de l'orthographe en est l'illustration. Dans les pays anglophones, des concours existent également, Spelling Bees. La télévision s'est emparée très tôt de la passion orthographique : le premier des game shows, diffusé en 1938 sur la BBC, était consacré aux spelling bees. "Des Chiffres et des lettres", émission lancée en France en 1965, aujourd'hui sur France 3 et TV5, a une forte présence internationale, publie une appli, des jeux de société, etc. En novembre 2012, Mondadori lance un trimestriel "Des chiffres et des lettres magazine".
  • Explications politiques
Touchant à la langue officielle et à l'enseignement, l'orthographe et ses réformes sont affaire d'Etat(s) ; elles mettent en branle l'Académie française, les institutions de la francophonie internationale, les institutions éducatives, les médias... La question de sa réforme revient régulièrement, sous la pression des administrations scolaires, mobilisant des linguistes, des sociologues : diminuer la difficulté de l'orthographe pour améliorer la réussite scolaire, pour faciliter l'apprentissage de la langue française par les étrangers ? Produit de la tradition et de la convention, résultante de nombreuses couches d'arbitraire sédimentées depuis plusieurs centaines d'années, l'orthographe est même souvent perçue comme un patrimoine à conserver (cf. l'édito du magazine).
  • Orthographe et numérique
Les médias numériques donnent une dimension nouvelle à l'orthographe car elle affecte les performances des moteurs de recherche lexicaux (10% d'erreurs d'orthographie dans les requêtes, selon Google). Par voie de conséquence, l'orthographe concerne aussi le SEO, à travers l'orthographe des sites, des requêtes, des traductions automatique, imposant à l'exploitation des données lexicales une lemmatisation vigilante (cf. Orthographe. De la dictée au moteur de recherche). Des algorithmes de détection et de correction des fautes d'orthographe sont développés (cf. nécessité d'anticiper les typos et les fautes d'orthographe, ex. Keyword Typo Generator, etc.). La question globale de l'orthographe devra sans doute être repensée dans cette perspective.


Pour aller (un peu) plus loin
L'orthographe, plaisir des yeux. Compte-rendu du livre de Bernard Cerquiglini sur L'Histoire de l'orthographe française
Conseil Supérieur de la langue française, Les rectifications de l'orthographe, 1990
Spelling correction for Search engine Queries
Nuance, T9 The Global Standard for Mobile Text Input
et un film sur les concours d'orthographe aux Etats-Unis : Spellbound, 2002 (Jeffrey Blitz)

5 commentaires:

Jimmy Brami a dit…

A mon avis, une langue doit tout faire pour préserver son orthographe. Evidement la langue française n'est pas la plus simple à écrire mais chacun doit faire des efforts pour respecter la langue de Molière. Il ne faut pas niveler les choses par le bas, demander moins pour en faire réussir plus, mais investir plus dans l'enseignement de l'orthographe et plus généralement dans l'enseignement tout court.

JulieFChatard a dit…

Le problème que l`on pourrait aussi voir est la perte de la mémoire orthographique due justement a ces logiciels de correction automatique, on ne fait plus attention a orthographe des mots puisque de toute façon Word ou le T9 va nous proposer la bonne et comme de plus en plus d`écrits sont aujourd`hui informatisés on n`apprend plus perpetuellement l`orthographe voire on oublie celui que l`on a appris au primaire.
Au dela des exercices, la lecture est un bon moyen d`apprendre du nouveau vocabulaire et de revoir son orthographe. En esperant que les jeunes générations continuent a lire...

JulieFChatard a dit…

Outre les conséquences sur le SEO, les problèmes orthographiques ont également des répercussions sur le choix et l`achat du domain name lors de la creation d`un site. En effet, les entreprises doivent aujourd'hui, au même titre que pour le SEO, envisager les erreurs orthographiques possibles afin d`acheter tous les domain names. Ceci permettant de rediriger l`internaute vers le bon site recherché même en cas de faute d`orthographe et sans obligatoirement passer par un moteur de recherche.

Stéphanie Micheloud a dit…

Tant mieux si l’orthographe devient un jeu pour certains plutôt qu’une simple torture scolaire et académique ! S’amuser avec la culture est un excellent passe-temps pour enrichir ses connaissances.

Par contre, on ne doit pas simplifier l’orthographe pour faciliter l’intégration des étrangers, à eux de s’adapter aux difficultés de la langue française. D’ailleurs y-a-t-il des nations qui ont simplifié leur orthographe ou usage de la langue pour cette raison ?
Quant à la réussite scolaire, pour certains l’orthographe pose problème, pour d’autres se sont les mathématiques ou les sciences… Faut-il pour autant tout simplifier ? Mais comme le signale le site http://www.orthographe-recommandee.info/pourquoi.htm, la raison la plus valable au changement est de « supprimer des incohérences flagrantes ».

Avec l’importance que prennent aujourd’hui les médias numériques, il est vrai que l’enseignement risque de se modifier au cours du temps. Nous sommes dans une phase de transition mais il est possible d’envisager que d’ici une trentaine d’années les enfants commencent tout de suite leur apprentissage scolaire à l’aide de tablettes. Ils ne sauront peut-être plus écrire sans correcteur, mais ils auront des capacités nouvelles comme peut-être la programmation informatique.

Isabel Zbinden a dit…

Il est vrai que l'orthographe est un élément sur lequel nous sommes souvent jugés. Ecrire avec des fautes peut sous-entendre que l'on n'était pas très doué à l'école ou qu'on n'a pas bien appris ses leçons. L'orthographe revêt différents niveaux d'importance selon les situations. Un sms ou un mail vite rédigés qui contiennent des abréviations, des fautes de frappe ou d'orthographe donneront une image moins négative qu'un article de journal, une lettre de motivation ou un texte scientifique contenant des fautes d'accord par exemple. L'importance de l'orthographe diffère également selon la branche ou le domaine d'activité. Sans vouloir étayer les stéréotypes, certains métiers techniques (qui utiliseront peut-être plus les maths ou la physique) nécessitent moins de précision pour l'écriture que le métier de journaliste presse.
Certains se plaignent que le niveau d'orthographe a fortement baissé à l'école, mais ils ne parlent pas de tous les domaines dans lesquels les enfants d'aujourd'hui sont beaucoup plus forts qu'il y a 20 ans (rédaction, informatique, ...).
Maîtriser correctement l'orthographe est sans aucun doute un atout, mais ne s'avère pas toujours indispensable. Et au lieu de considérer les correcteurs orthographiques comme un outil qui nous rend bêtes, pourquoi ne pas les voir comme une opportunité d'écrire des textes "justes". L'avènement de ces programmes pourrait contribuer à rendre "standard" une orthographe irréprochable, ces programmes étant à la disposition de tout le monde.