lundi 29 décembre 2014

Peur de nos amis les robots ?


Les technologies numériques s'emparent de la presse magazine grand public. On l'a observé avec les conseils d'achat pour les équipements personnels et domestiques. Un grand pas de plus et nous voici dans l'intelligence artificielle ; la vulgarisation patine toutefois lorsqu'elle doit aborder les réseaux neuronaux : machine learning et deep learning sont quelque peu rébarbatifs.
Heureusement voici les robots et leurs représentations plus ou moins anthropomorphiques. Thème populaire, les robots font rêver et ils font peur. Science fiction ? Luddisme ? Les machines voleraient le travail des humains, les mettant au chômage. Pourtant, à la une des magazines, les robots ont l'air si sympathique, inoffensif, et ils sont plutôt photogéniques. Humains, trop humains ! Journalisme de vulgarisation scientifique et technique, de nombreux magazines titrent sur l'actualité des robots : fin et début d'année invitent à imaginer l'avenir. Le temps des robots semble proche.
  • Notons d'abord qu'il existe depuis janvier 2010 un magazine régulier, spécialisé mais grand public, Planète Robots : "le magazine de la robotique et des nouvelles technologies du futur" (bimestriel, 5,9 €, abonnement annuel 6 numéros, 35 €). Son existence témoigne de l'intérêt constant pour ce sujet (on en est au numéro 30).

  • L'Humanité Dimanche  (hebdomadaire, 3 €, 4 décembre) aborde la question par les dimensions sociales et s'inquiète pour l'emploi - actualité française oblige. La fabrication et l'entretien des robots ne compenseront sans doute pas les suppressions d'emploi qu'ils provoquent ; une nouvelle économie doit être conçue (droit du travail, fiscalité, sécurité sociale, formation).
Il est vrai que les robots ne font pas grève, travaillent 24 heures sur 24, ne prennent ni vacances ni week-ends, ne sont pas malades (mais ils tombent en panne), n'ont pas d'accidents du travail et ne touchent pas de retraite. Donc pas de charges sociales. Un rêve d'entrepreneur ? Certes, mais qui achètera leur production ? Voir l'ouvrage de Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee, The Second Machine Age: Work, Progress, and Prosperity in a Time of Brilliant Technologies (2013).

  • inexploré (trimestriel, 6,5 €) demande "jusqu'où ira l'intelligence artificielle" dans son dossier "Demain, tous robots ?".  
  • LSA (distribution) évoque Nao, le robot d'Aldebaran, qui accueille les clients du magasin Darty de la République à Paris.
  • Notons encore un article dans le magazine Geek (bimestriel, 5,95 €) sur la manière dont les robots apprennent à percevoir et comprendre le langage du corps humain et sur les aspects juridiques du développement des robots.


Amazon, en attendant les drones, compte sur les robots pour améliorer l'efficacité de sa logistique. Une video tournée dans les entrepôts  (fulfillment center) montre le ballet des robots (cf. vidéo supra) évoquant l'apprenti sorcier (Goethe, Dukas, Disney).

Vieille histoire, les robots ? Aristote notait que si les navettes "tissaient d'elles-mêmes", on n'aurait plus besoin ni de manœuvres ni d'esclaves (Politique, Livre I, IV, 3) ; vingt siècles plus tard, Descartes évoquera les animaux-machines et les automates (Discours de la méthode, Cinquième partie) : seul le langage les distingue des humains : et l'on arrive au test de Turing pour séparer les humains des machines.

Et la presse, sera-t-elle touchée par les robots ? Quand les articles sur les robots seront-ils composés par des robots ? Jamais, disent certains en un bel acte de foi. "Let the data tell its story", propose déjà Wordsmith, le logiciel d'Automated Insight. Voir aussi Quill, le logiciel d'écriture de Narrative Science ou encore celui de Arria.

T-shirt d'étudiants du MIT, Boston, haut lieu de la recherche en robotique. Le robot, étape de l'évolution de l'humanité...

11 commentaires:

Nicolas Rigaud a dit…

bonjour,

juste une petite précision: en fait, NAO est un robot que nous, Aldebaran, avons crée (www.aldebaran.com) et que Darty utilise dans ses boutiques
cordialement,

Nicolas Rigaud
Community Leader / Aldebaran

François MARIET a dit…

Merci Nicolas pour votre précision. Ma formulation était maladroite. J'ai rectifié. Cordialement,

Morgane226 a dit…

Les robots fascinent! Parallèlement à leur apparition régulière dans la presse magazine papier, on les retrouve également sur grand écran - de la femme fatale Robot dans Métropolis, à Wall-e, en passant par Terminator ou les « mecas » dans A.I-. La problématique de la place du robot dans notre société est abordée dans nombreux films, elle attire et questionne généralement le public.

Amateurs du sujet, je vous conseille vivement la série suédoise Real Humans, dans laquelle des robots appelés « hubots » sont utilisés comme domestiques, ouvriers, compagnons voire amants. Des logiciels pirates vont jusqu’à leur permettre d’avoir des sentiments…Certaines personnes adoptent cette nouvelle technologie avec joie, tandis que d'autres en ont peur et les redoutent. Une série réellement intéressante qui met en lumière des questions scientifiques et éthiques. Fantasme ou réalité d’un futur proche ?

Alejandro226 a dit…

Tant que les trois lois de la robotique d'Isaac Asimov sont respectées... Plus sérieusement, dans les entreprises à grande échelle, oui, les robots trouveront leur place, à juste titre. Mais le contact humain reste et restera une denrée vitale pour la société, n'en déplaise à ceux qui ne jurent que par la technologie.

Michel226 a dit…

Les robots attirent la curiosité et à juste titre nous sommes amenés à nous poser des questions sur les risques de modifications de notre environnement social.
Mais il peuvent aussi avoir un aspect ludique comme on a pu le voir avec les drones qui ont d'abord été développé pour l'armée et par la suite pour le grand public. La marque Parrot qui a sorti des drones pour le grand public disponibles aujourd'hui dans des magasins de jouets !

marion gaud a dit…

Les robots nos semblables ou presque ! Les robots humanoïdes sont des travailleurs irréprochables, ils travaillent de jour comme de nuit, sans fatigue ni stress. La question qui se pose est l'usage de plus en plus généralisé des robots sera-t-il synonyme de hausse du chômage ? #marion226

Iris226 a dit…

De manière générale la robotique s'insèrent dans notre société de manière croissante et ça intrigue la preuve en est par tous les magazines qui sortent et qui en font leurs sujets principaux.
L'idée de les voir se développer en vrai fait peur car avant on en entendait parler qu'au travers des films et maintenant on arrive à les réaliser de manière réelle et qu'ils aient une fonction utile dans nos vies. Certes, il va arriver un moment ou les robots remplaceront les humains dans certains métiers mais leur existence en créeront d'autres, idem pour les lois qui seront en vigueur sur la robotique, leur existence amèneront de la jurisprudence supplémentaire et d'autres lois seront crées. tout un tas de choses vont changer mais comme avec chaque nouvelle inventions qui s'insèrent dans nos vies, les choses se mettront en place naturellement.

Si ils peuvent faire peur et déstabiliser certains de notre génération, ils peuvent être utiles pour d'autres choses comme la recherche scientifique, spatiale...
chacun doit y trouver son compte!

Camille226 a dit…

Un sujet très intéressant et omniprésent dans l’actualité. Robots, objets connectés, autant de technologies qui nous paraissent être de nouvelles solutions pour améliorer la productivité des entreprises et notre quotidien. La question est en effet de savoir si les emplois d’ingénieurs, de techniciens et autres, créés par ces nouvelles technologies pourront compenser les pertes d’emplois qu’ils génèrent en parallèle !

Ana226 a dit…

Un article très intéressant et en plein dans l'actualité avec le CES 2015 où le robot est au centre de la plupart des innovations avec beaucoup d'objets connectés. En effet, Toshiba vient de présenter son robot à aspect humain, sa ressemblance avec les Hommes est impressionnante mais aussi inquiétante. Il est normal que les robots prennent place dans nos entreprises mais pas toute la place et comme l'indique Alejandro plus haut le contact humain reste vital.

Linda226 a dit…

Un article très intéressant sur un sujet de plus en plus présent dans l'actualité et dans les entreprises.
En effet, les robots pourraient représenter les employés rêvés pour un entrepreneur. Même s'ils tombent en panne, ils sont capables de travailler sans relâche et, en un sens, pourraient définitivement prendre la place des humains dans certains domaines.
Heureusement, certains métiers sont pour l'instant irremplaçables par des robots !

Linda226

Maximilien226 a dit…

Votre paragraphe sur la représentation anthropomorphique des robots est intéressant. La robotique aujourd'hui abandonnerait-elle la forme humanoïde jugée trop "anxiogène"? Comme vous le dites très justement "Humains, trop humains !" les robots trop réalistes mettent mal à l'aise. Pour faire un parallèle cinématographique, Christopher Nolan, dans son film Interstellar a jugé judicieux de ne pas offrir une forme humanoïde à son robot intelligent TARS. Il semblerait que le robot à forme humaine apparaitrait beaucoup trop "ringard" en 2015.
Maximilien226