samedi 17 juillet 2010

Bricolage pour enfants : "Allez les filles !"


.
Felix aime le bricolage est un nouveau magazine pour enfants de 2 à 5 ans (selon l'indication du titre). Bimestriel, 4,90 €, il est accompagné de petits outils en plastic (vis, boulon, tournevis, pince et support à visser).
La cible est exclusivement masculine : "mon fils est un casse-cou"... Le texte comporte une page qui s'adresse aux parents : conseils de bon sens et recommandation de lectures pour les enfants.
  • Le bricolage est un thème dominant dans la presse magazine française. C'est même un des domaines essentiels de l'édition.Tous les âges sont touchés, femmes et hommes. Cela va du bricolage général (maison, décoration, jardin), à la mécanique (vélo, moto, auto), à l'informatique, l'électronique, la construction, etc. Et ce que l'on appelle "loisirs créatifs", bricolage / décoration, qui cible surtout les femmes, est en expansion continue. 
  • Felix est un magazine tout au masculin. De bout en bout. Comment est-ce encore possible ? Quelle méconnaissance de notre univers social, de celui dans lequel vivent les enfants, définitivement mixte et souvent majoritairement féminin (école maternelle) ! Des autos, un train, un mécanicien, un maçon, un horloger, un menuisier, un peintre, un dépanneur. Seule figure féminine, une seule fois évoquée, un visage de maman (pas même nommée). Revendication fière du héros : "Je suis un petit garçon. Je suis un petit casse-cou". Clichés sexistes à chaque page. Dommage. Contre-productif. La boîte à outils, la leçon de vocabulaire, les métiers observés, tout cela pouvait donner lieu à un magazine d'éveil, mixte. Ciblez donc les mères : "la femme est l'avenir du bricolage" titrait Stratégies, il y a déjà quelques années (2003). Pourquoi renoncer à 50% des clients potentiels, et s'affubler ainsi d'une image ringarde ?
  • Pas de publicité. Dommage ! Duplo, Bricorama y trouveraient une place légitime et donneraient aux pages de ce nouveau titre un contrepoint réaliste.

    3 commentaires:

    Anonyme a dit…

    les traditions ont la vie dure !!!

    bousrez a dit…

    Pourtant:
    Félicie...au-ssi !!
    Dominique.

    J. V. Jones a dit…

    Surprenant sans l'être, car les traditions ont effectivement la vie dur. Mais encore: "L'univers des pompiers", "Barbie"? Malgré ses efforts, il semblerait que la presse peine à réellement devenir mixte. Les magazines pour enfant parlant de chevaux, cuisine, gossip semblent irrémédiablement destiné aux petites demoiselles, alors que ceux traitants de super-héros, dinosaures, bricolage et sciences tendent à paraître masculins. Ces tendances s'expriment à travers les couleurs (rose et pastels vs bleu-vert-noir), les figures qui font la couverture, en passant par le soin du langage adapté à chaque sexe. Il semblerait que tout soit mis en oeuvre pour orienter les plus jeunes vers les magazines appropriés à leur sexe.
    Posons nous la bonne question: Pourquoi cette différenciation homme-femme?
    Du point de vue de la presse, est-il risqué de lancer un magazine sans suffisamment cibler et segmenter son public?
    Du point de vue du lectorat, la demande n'est-elle pas finalement exprimée ainsi de manière implicite? Si l'on décrie haut et fort le sexisme, ne continuons nous pas pour autant à habiller les filles en rose et les garçons en bleu? à ôter avec gêne la Barbie des mains du petit frère tout en expliquant à la petite fille que les pistolets à billes ne sont pas fait pour elle?

    Certains magazines jouent tout de même sur la mixité, preuve que ce n'est pas impossible, en privilégiant un titre neutre ("J'aime jeux", "chouettes histoires", Tom-tom et Nana"), mais aussi un contenu intéressant les deux sexes. Il semble donc possible de ne pas segmenter la population de moins de 10 ans, au profit d'un contenu riche et nettoyé de clichés.