mardi 17 avril 2012

Twitter, efficacité publicitaire

.
L'évaluation de l'énergie sociale développée par les émissions et les écrans publicitaires est un enjeu primordial pour la télévision et ses annonceurs (cf. TV Conversation).
Twitter a racheté Hotspot.io, jeune entreprise qui effectue une mesure des effets de la publicité sur la production de tweets (media analytics) : cf. le graphique ci-dessous illustre l'activité déclenchée sur Twitter par les messages publicitaires diffusés par Chevrolet (automobile) pendant le Superbowl. Une telle mesure des interactions précise et surdétermine l'information générale apportée par la mesure audimétrique des écrans publicitaires.
Hotspot.io est une startup incubée par Y Combinator, acquise alors qu'elle est encore à peine sortie du nid, achetée sans doute, entre autres, pour les talents qui l'ont développée (acqui-hire).

Lire : en ordonnée, le nombre de tweets par minute, en abscisse le temps. A droite, les messages vidéo correspondants.
Bien d'autres startups travaillent à la gestion de l'activité Twitter des entreprises (outils de community management), telles que SocialBro, startup espagnole qui réalise une analyse fouillée de la communauté réunie par une marque et vient de s'associer à PeerIndex pour l'analyse du "capital social" en ligne, Twentyfeet (gestion et agrégation des données des réseaux sociaux où l'entreprise est présente) ou encore MarketMeSuite, backtype (racheté par Twitter)...

10 commentaires:

@AnneSoBB a dit…

Un moyen encore plus simple pour les publicitaires de voir l'impact de leurs vidéos publicitaires sur les consommateurs.
Les réseaux sociaux sont aujourd'hui le meilleur moyen de suivre et analyser les consommateurs.
C'est donc à nous d'être conscient de la manipulation de nos tweets à des fins commerciales.
Big Brother is watching us !

Jonas Wechsler (fribourg) a dit…

Plus qu'un service, Twitter achète ici des compétences : encore en phase d'incubation, Hotspots.io ne dispose pas, pour l'instant, de service d'analyse à proprement parler. Son site Web ne décrit d'ailleurs rien de ses activités : tout juste se contente-t-il d'afficher une page qui détaille, sous forme de graphiques, les conversations suscitées sur Twitter par les publicités du Superbowl. Mais la graphique est très facile à comprendrer et me rappelle à google analytics qui pouvaient aussi êtrer interesser par un "tool d'analyse" comme ça

@stephwshare a dit…

En effet, twitter semble surtout racheter dans ce cas des compétences au travers d'une équipe prometteuse, qui est composée des fondateurs de Hotspots.io. Matt Huang, Alexander Spicer et Ashutosh Singhal, vont ainsi travailler pour le réseau social. D'ailleurs ils seront amenés à contribuer au développement d’une plate-forme d’analyse approfondie réservée aux partenaires éditeurs et publicitaires pour twitter. Cela confirme, après l'acquisition de Summify et BackType , l'interet de twitter pour l'analytique, sachant que les informations issues des réseaux sociaux et leurs analyses représentent de nouveaux relais de croissance particulièrement prometteur.

vsode a dit…

Une nouvelle façon pour les publicitaires de prendre conscience des retombées de leurs publicités! Cela me semble être une bonne alternative à la mesure traditionnelle de l'audience qui connait de nombreuses limites...
Ici, grâce à son expertise, Hotspots.io. permet d'avoir une vision très réaliste et terre à terre des réactions des consommateurs face à une publicité, ce qui constitue une opportunité colossale pour les annonceurs.

On notera également que cette entreprise sort une fois de plus du Y Combinator qui ne cesse de lancer des startup à succès.

Patrick P. a dit…

Avec ce nouveau rachat, Twitter continue d’accumuler des atouts pour séduire les annonceurs et faire rentrer des recettes publicitaires au détriment de ses concurrents. Les publicités sur Twitter sont statistiquement aujourd’hui plus performantes que celles de Facebook (voir http://www.presse-citron.net/la-publicite-plus-efficace-sur-twitter-que-sur-facebook)
S’inspirant un peu de Google (Google Adwords), Twitter a développé récemment un système de publicité en self-service. Ce nouvel outil, en test à la fin de l’année dernière, permet aux annonceur de créer des campagnes directement en ligne puis payer par carte de crédit, le tout fonctionnant sur un coût par engagement (on paie s’il y a action, un clic, un retweet par exemple).
Avec cette plateforme Twitter s’ouvre à un plus grand nombre d’annonceurs, ce qui représente de réelles opportunités de financement pour le groupe dans un avenir proche.

Chloé Durand a dit…

La question que je me pose en lisant cet article est la suivante: ces start up ne sont elles pas créées dans le but de se faire racheter un jour par Twitter ou les grands noms des réseaux sociaux sur lesquels elles basent leur activité? En effet, dans plusieurs cas on a pu voir des grands noms des reseaux sociaux qui rachètent des start upi fonctionnant déjà très bien et qui sont utiles pour leur fonctionnement et leur business modèle (publicité).

dan a dit…

En effet, on perçoit un intérêt toujours plus important pour le réseau social Twitter. Son principe basé sur les "shorts texts" permet de réduire le message à l'essentiel et se montre encore plus réactif par rapport aux autres réseaux sociaux, comme notamment Facebook. Cependant, pour que ce système soit efficace sur ou pour le marché de la publicité, un certain nombre d'utilisateurs quotidiens réguliers doivent être enregistrés. Aux Etats-Unis la question ne se pose pas. Cependant, pour contraster avec l’important capital social que Twitter possède aux USA, la Suisse par exemple ne présente sur ce point qu’un petit attrait. D'ailleurs en suivant les twittes du Salon Ecom qui se déroule en ce moment à Genève, les conférences sur le marché de la publicité via Twitter se montre relativement minimaliste: "En CH, twitter n'est pas encore un outil de contact avec les marques #Cailler #Virtua #ECOM12". Il en reste aux marques et aux entreprises de promouvoir la communication / interaction par Twitter.

Jarvis Msdg a dit…

Twitter est un réseau social qui refuse de faire de la publicité mais qui est désormais prédisposé à produire des mesures des effets de la publicité diffusés sur d'autres médias sur les tweets.

On est en droit de parler de paradoxe?

BoutLaura a dit…

Il est totalement compréhensible que Twitter est une portée publicitaire plus efficiente que facebook. En effet,la limitation des caractères apporte un message plus percutant. De plus, il est possible d'avoir accès à un plus grand nombre de message dans un même laps de temps comparé à facebook.
En ce sens, il est normal que twitter exploite ce business en sa faveur. D'autant plus qu'il peut le faire en minimisant ses coûts de R&D. En effet, avec le boom des startups qui se développent sur le marché de l'Internet, il est beaucoup plus rentable pour Twitter d'attendre que des incubateurs mettent à jour des startups développant des services pouvant être rachetés par les réseaux sociaux eux-même. Les économies de R&D et de temps sont colossaux.
D'autant plus que les incubateurs comme Y Combinator font émerger des petites structures très performantes dans leur domaine, et en grand besoin de fonds la plupart du temps.

monica provenza a dit…

Je pense que Twitter ne doit pas être surestimé, il est un bon outil, mais seulement un outil.
l'apparition de plusieurs dizaines de réseaux sociaux, ne donne pas la possibilité de quantifier avec précision les bénéfices pour un brand, même si on peut calculer l'avant et après.
Je pense que le marketing lié à l'image viral et le nouvel outil vraiment utile. Par exemple Pinterest est un vrai moyen qui dois être exploitées dans le marketing. Les 140 caractères peuvent implémenter, pas créer un changement décisif.