dimanche 17 février 2013

Le présent de l'avenir du Web selon comScore

.
U.S. Digital Future in Focus. 2013. Key Insights from 2012 and what they mean for the coming years, (février 2013). Qu'est-ce qui ressort de cette publication synthétique, qu'est-ce qu'elle infirme ou confirme ?
  • Le déclin de l'ordinateur comme mode d'accès au Web. Son domaine se cantonne de plus en plus au travail (c'est le monde du Pack Office) tandis que s'étendent les domaines des supports mobiles, extensions gagnées grâce aux performances, aux ergonomies mais aussi grâce à la progression du Wi-Fi. Un tiers du temps consacré au Web l'est sur des supports mobiles, la majorité passant par des applis. Le commerce électronique via mobiles (M-Commerce) représente déjà 11% du C.A. du e-commerce. Dans cette perspective, l'expression "multi-plateforme", transitoire, contribue à dissimuler (avantageusement) le changement en cours, le temps de l'adaptation.
  • Le début de l'érosion des modalités traditionnelles de recherche. Le nombre des recherches effectuées avec des moteurs de recherche tend à diminuer et, surtout, le nombre de recherches par internaute diminue. Un nombre croissant de recherches est réalisé sur des sites tels que Facebook, Amazon, eBay, leboncoin, annuaires, catalogues, etc. Le "Vertical search", recherches effectuées au sein d'un sous-ensemble du Web, sous-ensemble délimité voire fermé, comme un "new walled garden", serait en augmentation. Le Graph Search de Facebook est symptomatique. 
  • L'explication de ces changements se trouve peut-être tout simplement du côté du mobile et de ses innombrables applis qui parcellisent le Web et personnalisent chaque appareil. Les supports mobiles rendent chaque jour le moteur de recherche moins indispensable. L'explication tient aussi à la meilleure maîtrise du Web et de ses fonctionnalités développée par des internautes de plus en plus habiles à inventer des usages.
  • En somme, le data marketing, ce sera d'abord des données issues d'activités observées sur mobile avec ce qu'elles comportent d'information géographique, historique, commerciale, d'intentions, etc. Big data enrichie en continu.
Le rapport de comScore lézarde l'image d'un Internet établi, qui a maintenant une quinzaine d'années. Cet Internet dont le credo est inculqué et récité par le marché publicitaire connaît ses premières transformations. Dans une publications précédente, comScore parle de "post-PC paradigm" (Brave New Digital World, décembre 2012). Il s'agit plutôt, selon les termes fameux de Thomas S. Kuhn, d'un changement dans le cadre du paradigme numérique plutôt que d'une révolution accouchant d'un nouveau paradigme. Les techniques de monétisation programmées (programmatic buying) amplifieront le retentissement de ce changement jusqu'aux mutations inéluctables du marché de l'emploi.

5 commentaires:

XU Jing a dit…

L'explosion de m-commerce associe le développement de smartphone et tablette. Le rapport de comScore se penche sur le mobile et le paysage américain des devices connecté, mettant en évidence les tendances qui ont façonné la consommation des médias mobiles et la dynamique du marché, plates-formes et équipementiers. Le rapport comprend également les principales perspectives du marché de téléphonie mobile au Royaume-Uni, la France, l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie, le Canada et le Japon.
D'autrement, pour les modalités de recherche, FB a déclaré de lancer un moteur de cherche pour s'adapter le besoin des utilisateurs.
Opérateurs télécoms et géants de l'Internet s'opposent sur la mise à jour d'un vieux traité international sur les télécoms, rédigé par une agence de l'ONU, développé le centre de data.

Elsa F. a dit…

Sur le déclin de l'ordinateur comme mode d'accès au web:

Dans les pays en développement, comme l'Inde ou l'Afrique, l'usage des tablettes et mobiles est prédominant pour les consommateurs.

En Inde, un constructeur a proposé une tablette à 25 dollars pour répondre aux besoins, tant en usage qu'en moyen de la population.

En Afrique, les pratiques de M-mobile sont très développées. Parce qu'il y a peu de banques, le mobile rend possible de nombreuses transactions.

Le recul de l'équipement en ordinateur passe donc aussi par l'adoption, dès le premier achat électronique, de terminaux mobiles.

Safae BOUSSAIRI a dit…

Le recul de l'accès internet sur les ordinateurs est dû à l'explosion des smartphones et des tablettes. Ce recul sera davantage accentué avec l'arrivée de la 4G, car le débit internet sur mobile sera plus grand.
L'utilisation des moteurs de recherche a baissé a également reculé à cause des multiples applications web qui apparaissent chaque année sur le marché. A titre d'exemple, on n'a plus besoin de chercher sur internet des infos sur un restaurant ou un magasin, il y a des applications prêtes, sur android en particulier, qui fournissent toutes les infos nécessaires, notamment les prix,les menus,...

asmaemir a dit…


Le mobile est utilisé aujourd'hui pour faire du cross média en marketing , mais c'est une situation qui vouée rapidement au changement , vu les parts de marchés considérables que le mobile occupe de plus en plus.

Avec l’émergence et l’explosion des smartphones et de l’Internet haut débit pour mobiles, le mobile est sur le point de devenir le 1er média publicitaire,le mobile est devenu une extension des médias existants(online/offline)puisqu’il offre une opportunité de toucher une large cible avec un moindre cout , n'importe ou et à tout moment.









Fanny Rai a dit…

Le rapport de Comscore met en lumière le poids que prend le mobile dans le commerce en ligne. Si le mobile est un nouvel espace d’achat, il possède des caractéristiques qu’il faut prendre en compte.
Ce nouveau canal s’impose avec une triple dimension : massive, intime… et mobile. Massive car le taux d’équipement mobile est de 100 % en France dont 58% sont équipés de la fonction internet. Intime car le mobile abrite des conversations, des données (texte, photo, vidéo) personnelles. Mobile : de fait, et cela induit une opportunité pour les marques d’accompagner le consommateur en permanence.
Ayant à l’esprit ces qualités intrinsèques au média mobile, l’annonceur doit les prendre en compte dans sa communication. Aussi, toute communication, à fortiori via sms, peut être considérée comme une intrusion pour l’utilisateur, et associer la marque à un sentiment négatif, ce qui, en ne peut qu’en convenir est regrettable. L’annonceur doit ménager le client (potentiel ou acquis) voire même lui apporter un bénéfice. C’est pour cela que le contenu recommandé via mobile est promotionnel et contextualisé. Le mot d’ordre de l’utilisateur est « instantanéité ». Concrètement, il ne faut pas appliquer les règles du marketing traditionnel. Prenons le cas de Voyages SNCF.com, leader e-commerce / m-commerce en France (cf itw de Patricia Levy, qui dirige la régie d’SFR http://bit.ly/XC6L7n). Dans une logique e-commerce Voyages SNCF.com peut communiquer sur des promotions à + 2 mois. Ce type de communication n’aurait pas d’impact sur mobile. Sur mobile, on préférera communiquer sur une promo telle que 10000 billets à 25 euros à commander dans les 48 prochaines heures. Encore une fois le mot d’ordre est l’instant !